Rencontre avec Michèle Fortin

Bandeau-Michel Fortin

 

Son record : 38 000 pages en une année!

 

La PDG de Télé-Québec est une lectrice avide et constante. Elle lit même les boîtes de conserve. De Camus à Kim Thuy, nous avons parlé de son appétit éclectique pour les livres.

 

C’est à la fin juin que j’ai rencontré Michèle Fortin à son bureau de Télé-Québec. J’avais peur de ne plus me souvenir de cette belle rencontre au moment d’écrire ces lignes, d’être perplexe devant mes notes succinctes. Eh bien non! Son charisme, sa chaleur et son authenticité étaient encore bien présents entre les lignes de mes notes, et surtout dans ma tête.

 

J’ai connu Mme Fortin du temps où nous étions toutes les deux à Radio-Canada. Elle était alors la grande patronne de la télé et moi une humble conseillère en partenariats. Je la croisais dans les ascenseurs et elle m’intimidait franchement. Il faut dire que Mme Fortin a la réputation de ne  pas mâcher ses mots et de foncer droit devant, obtenant toujours ce qu’elle veut. Lorsque je suis entrée dans son bureau, j’ai eu l’impression de venir prendre un café avec une amie. Elle m’a tout de suite tutoyée et le temps s’est arrêté. Je n’ai pas eu l’impression que l’entretien devait avoir une durée limitée. Je ne l’ai pas vu regarder sa montre subtilement comme le font les gens de son rang. Elle était là, confortablement installée dans le sofa à ma droite, entourée de photos de famille.

 

Une femme de cœur et de convictions

 

Fille unique, Mme Fortin a adopté cinq enfants avec son mari économiste. Bien au-delà de ses préoccupations pour sauver le service public des affres budgétaires, ce qui ressort du discours de la PDG, c’est l’aspect humain, l’intérêt pour l’engagement social et l’éducation. Le seul fait d’avoir adopté cinq enfants me coupe le souffle… J’en ai deux à temps partiel et, après 19 ans, je n’arrive toujours pas à me sentir à la hauteur ! Je vous confie déjà un secret : pour le prochain festival, j’ai l’intention d’inviter Mme Fortin à faire partie de nos panels liés à une toute nouvelle série: Générosité et littérature. Vous aurez compris que la générosité sera abordée par les livres et qu’on se penchera sur les multiples facettes de celle-ci, ce qui inclut l’adoption. Pour moi, adopter un ou plusieurs enfants est une forme très élevée de générosité, de don de soi.

 

Généreuse et engagée, Mme Fortin n’en est pas moins une dure à cuire des médias qui n’a de cesse de défendre le service public contre les compressions budgétaires.  Elle enchaîne alors sur la mission exceptionnelle de Télé-Québec et me parle avec une étonnante conviction de ses émissions. De véritables vaccins contre l’ignorance, contre l’isolement… du pouvoir d’intégration sociale de la télévision.  Avouons-le, la télévision a bien souvent mauvaise presse. On la trouve vide, accaparante, inutile… Mais avez-vous regardé Télé-Québec dernièrement ? Toutes ses émissions éducatives font l’objet de recherches et de tests. Faisant intervenir des pédopsychologues et des spécialistes du langage, ces émissions font rêver tout en éduquant et en s’attaquant parfois aux questions importantes liées aux difficultés d’apprentissage chez les enfants. C’est… de la magie !

 

Une PDG aux goûts éclectiques

 

Retour aux livres qui la passionnent…

 

Il serait impossible d’énumérer tous les coups de cœur de cette lectrice vorace, mais, si je me fie à mes notes, tout a commencé avec la Comtesse de Ségur. En 6e année, elle lit Le Cid de Corneille; ado, c’est La Peste de Camus qui a d’abord la cote, puis Gabrielle Roy et Michel Tremblay. Et toujours un appétit pour l’aspect sociologique des œuvres. À l’époque, chaque bon bulletin lui valait un livre en cadeau. Comme Mme Fortin a une maîtrise en administration publique de Berkeley et un doctorat en éducation, on peut imaginer qu’elle devait avoir de bons bulletins….

 

Des polars pour découvrir le monde…

 

Que lit notre PDG pour se détendre ? Aujourd’hui, son cœur bat assez fort pour le polar, tous continents confondus. À travers les polars scandinaves ou chinois, elle voyage à travers le monde grâce aux œuvres de ces auteurs fétiches.

 

Juste avant de nous quitter, Mme Fortin me fait promettre de bien mentionner le dernier roman de Kim Thuy, une auteure dont elle raffole. « N’oublie pas de mettre la couverture dans l’article !» Oui Mme Fortin, comptez sur moi ! Kim Thuy est l’un des auteurs chouchous de Metropolis bleu, et ce sera donc avec plaisir!

 

La comtesse de Ségur – Claudine Beaussant Comtesse
 Le Cid – Pierre Corbeille Cid
La peste – Albert Camus Camus
RU – Kim Thùy  téléchargement